Notre réalité consciente est la représentation de la meilleure estimation de notre cerveau!

Partagez le post!

Cette réflexion sur la conscience de l’être est issue de la synthèse de différents travaux en neuroscience. Elle survient quand Anil Seth

Anil Seth
AnilSeth

se réveille d’une anesthésie générale avec la conscience d’avoir cesser d’exister, car au contraire du sommeil il avait perdu totalement la notion du temps.

L’anesthésie a quelque chose de magique: elle transforme les êtres conscients en objet puis leur redonne cette conscience qui font d’eux des êtres vivants.

Cet état de  conscience est le produit de l’activité de million de cellules contenues dans notre cerveau: les neurones. Ces machines biologiques génèrent l’expérience consciente, et pas n’importe laquelle: notre propre expérience consciente, ici et maintenant.

Mais comment se génère cette expérience consciente?

Répondre à cette question est d’une vitale importance. Sans la conscience, il n’y a plus de monde environnant, plus de souffrance non-plus! Car nous souffrons en conscience soit par la douleur soit par la maladie mentale…

Et si nous pouvons expérimenter la joie et la souffrance qu’en est-il des animaux?

Ont -ils conscience de leur "soi"?
Ont -ils conscience de leur « soi »?

Qu’en est il des ordinateurs qui vont de plus en plus vite et qui sont de plus en plus intelligents? Nous sommes peut-être proche du moment où notre téléphone portable est sur le point d’acquérir sa propre sensation d’existence?

Les travaux d’Anil Seth  montrent que l’intelligence artificielle n’est encore qu’une perspective très éloignée et que la conscience a plus à voir avec la nature même d’un organisme vivant et qui respire que de rapidité de traitement…

Conscience et intelligence sont deux choses bien différentes: vous n’avez pas besoin d’être intelligent pour souffrir, mais d’être vivant!

Les expériences conscientes qui vont être présentées par la suite sont des expériences conscientes du monde qui nous entoure et de nous même interagissant avec lui, ce sont des hallucinations contrôlées avec, au travers et à cause de notre corps vivant.

la conscience du "soi"
la conscience du « soi »

De nos jour, nous ne savons presque rien sur la manière dont notre corps et notre cerveau génère cet état de conscience:

Depuis 25 ans des chercheurs de toutes les disciplines ainsi que des philosophes travaillent pour comprendre comment survient la conscience et pour comprendre aussi ce qu’il se passe quand elle se génère de manière erronée.

La stratégie est très simple, il suffit de s’imaginer comme étant nous-même la conscience: nous sommes enfermé dans une boîte rigide (la boîte crânienne) avec pour seules informations qui nous proviennent de l’extérieur, les informations de nos capteurs:

  • les yeux
  • les oreilles
  • le toucher
  • le gout
  • l’odeur
  • l’intéroception, la proprioception
Les composants de l'intéroception
Les composants de l’intéroception

On a longtemps essayé d’expliquer le fonctionnement du corps humain par la mécanique et la chimie, mais être un « être vivant » va beaucoup plus loin que cette simple explication de propriétés métaboliques. c’est ce que ce proposent de dévoiler ces chercheurs :  le mystère de la genèse de la conscience.

Les champs de la recherche scientifique pour percer les mécanismes de la conscience
Les champs de la recherche scientifique pour percer les mécanismes de la conscience

C’est une véritable science de la conscience et Anil Seth considère deux plans d’étude:

  • l’étude des expériences du monde qui nous entoure, avec ses signes, sons, odeurs: une véritable immersion en 3D panoramique multi-sensorielle!
  • l’étude de l’expérience du « soi », cette expérience si spécifique d’être soi: être le personnage principal de son propre film.

Donc, nous voilà, cerveau, enfermé dans cette boite sans lumière, une véritable machine à prédire: les seules informations reçues sont les impulsions électriques provenant de nos chaînes sensorielles…

Alors commence notre travail de devin du cerveau, avec,  en toile de fond une certaine idée que nous avons, nos croyances, de comment doit-être le monde extérieur. Nous allons alors créer notre meilleure estimation du monde extérieur.

 

Meilleure estimation d’une perception visuelle:

L'illusion générée par le cerveau
L’illusion générée par le cerveau

Visualisez ces 2 cases, elles on l’air d’avoir une couleur de gris différente, et pourtant c’est la même couleur:

Démonstration de la réalité de cette illusion!
Démonstration de la réalité de cette illusion par comparaison objective

Le cerveau a généré sa meilleure estimation de la réalité en prenant en compte l’ombre et les cases de l’échiquier:

Pour les plus sceptiques...
Pour les plus sceptiques…

La prédiction prioritaire construite par le cerveau dans le cortex visuel a été préférée à la réalité consciente …

 

Meilleure estimation d’une perception auditive:

Malheureusement les échantillons sont en anglais et il faut avoir l’oreille entrainée à cette langue, écoutez:

Il est impossible de déchiffrer ce message venu d’une autre planète… même si on se tue à l’écouter!

Tout change, si nous donnons à notre cerveau une image attendue du résultat, puis nous ré-écoutons l’échantillon distorsionné immédiatement après:

Même pour les non-anglophones, nous arrivons à distinguer « I think » et « terrible idea »!!!

Là encore, la prédiction prioritaire construite par le cerveau dans le cortex auditif a été préférée à la réalité consciente…

 

Les nouvelles bases de la perception

Grâce à ces 2 exemples, la base de la perception sensorielle uniquement au travers des signaux sensitifs provenant de l’extérieur est mise à mal.

On le voit, elle dépend aussi, sinon plus, de la prédiction de perception dans le sens opposé aux perceptions sensorielles.

Perception de la "réalité"
Perception de la « réalité »

 

L'illusion de la "réalité" est plus forte que sa propre perception
L’illusion de la « réalité » est plus forte que sa propre perception

Notre expérience provient aussi, sinon plus, de notre projection interne du monde externe, que de la perception de ce monde externe par notre cerveau.

Perception et hallucination de notre environnement
Perception et hallucination de notre environnement

 

Cas des fortes prédictions  perceptuelles:

Dans cette vidéo, vous allez pouvoir apprécier un process de construction actif d’une hallucination. Des images réelles sont utilisées avec des images virtuelles immersives. Le but est de simuler et d’expérimenter les effets d’une forte prédiction perceptuelle.

Dans cette vidéo panoramique le campus de l’université du Sussex a été littéralement changé en un terrain de jeu psychédélique!!

Il a été utilisé un algorithme basé sur celui de Google (prédiction API)  pour générer l’apparition de chiens dans la réalité:


Quand les prédictions sont trop fortes on atteint une sorte de psychose… Alors nous pouvons dire:

La perception de la réalité est une hallucination contrôlée
La perception de la réalité est une hallucination contrôlée

Les hallucinations sont des perceptions incontrôlées VS la perception est une hallucination contrôlée

Nous sommes soumis à des hallucinations en permanence!!!

Quand notre cerveau est d’accord avec l’hallucination présente, ici et maintenant, il l’assimile à la réalité.

 

Qu’en est-il de notre propre perception de nous?

Les champs de la conscience du soi
Les champs de la conscience du soi

Les champs de la conscience du soi

Mes illusions visuelles peuvent tromper mes yeux, mais comment puis-je être trompé par ce qui est « moi »?

Nous avons pris pour argent comptant cette continuité et cette unité qui fait de nous une personne, mais il faut faire la différence entre avoir un corps vivant et vivre dans un corps.

Avoir l’expérience de la perception du monde de l’unique point de vue de sa personne, de faire des choses et d’être la cause de choses qui arrivent dans notre monde, d’être une personne à part entière mais distincte parfois, car construite à partir d’un riche jeu de mémoires et d’interactions sociales.

Maintenant nous allons voir comment le cerveau génère cette expérience d’être un corps, d’avoir un corps,, ou tout du moins, certaines de ces applications.

Là encore, le cerveau va favoriser sa meilleure estimation:

Pour réaliser cette expérience à la maison il vous faut 2 pinceaux, un morceau de carton et un bras complet en caoutchouc!

Le faux bras en caoutchouc
Le faux bras en caoutchouc

On le voit, au bout d’un moment le cerveau assimile la fausse main à la vraie main…. Elle devient partie intégrante du corps: voir le toucher et sentir le toucher facilite cette assimilation grossière par le cerveau.

On ressent les partie de notre corps comme des objets externes, mais pas seulement: le cerveau perçoit le corps au travers d’une multitude de signaux provenant de nos organes et qui l’informent continuellement de son état comme par exemple la pression sanguine.

La proprioception est très importante car elle nous renseigne sur l’état interne du corps et de son fonctionnement: cette perception de régulation nous maintient en vie!

Dans cette seconde vidéo, un sujet va assimiler une main virtuelle à laquelle on applique un flash rouge régulé au rythme des battements du cœur de celui-ci:

Ici le cerveau voit le corps comme un objet extérieur, mais qu’en est-il des organes?

 

C’est seulement quand ils fonctionnent mal que l’on en prend conscience! Ici, le cerveau ne les voit pas Il s’agit de contrôle et de régulation des paramètres qui permettent la vie.
À partir du moment ou le cerveau va utiliser des prédictions pour représenter ce qui se passe à l’intérieur du corps cela va produire des sensations.

Quand le cerveau utilise ses prédictions pour contrôler et réguler son système interne, nous sommes capables d’expérimenter si ce contrôle fonctionne bien ou mal.

Nous sommes un organisme encapsulé dans un corps, profondément ancré au mécanisme biologique qui nous maintient en vie.

L'illusion de la perception intéroceptive
L’illusion de la perception intéroceptive

Quel est le rôle de cette perception prédictive cérébrale?

La meilleure estimation cérébrale est là pour nous protéger, pour nous préserver, servir à nous maintenir en vie.

Elle est le résultat de notre évolution depuis des millions d’années, dans un monde fait de dangers et d’opportunités. Nous sommes un élément de la nature.

L'arbre de la vie interactif
L’arbre de la vie interactif

La Chaîne de l’évolution de Darwin

Nous nous projetons dans l’existence.

Cela nous permet de mieux comprendre les mécanismes de maladies comme la schizophrénie et la dépression, quand le système de prédiction cérébral ne fonctionne pas bien.

Quand perception et hallucination se troublent...
Quand perception et hallucination se troublent…

Cela permet de mieux comprendre pourquoi nous ne pouvons pas être réduit à un software aussi compliqué soit-il, car nous sommes fait de chair, de sang et d’organes. Ils façonnent notre expérience consciente à tous les niveaux grâce au mécanisme biologique qui nous maintient en vie.

Influence des coûts de connexion sur une architecture à large échelle  de la connectivité corticale humaine
Influence des coûts de connexion sur une architecture à large échelle de la connectivité corticale humaine

Enfin, il nous permet de voir le champ des consciences auquel nous appartenons. Nous ne sommes pas le centre de l’univers, nous ne sommes qu’une manière d’appréhender la vie. Vie que l’on partage avec d’autres créatures vivantes, elles-mêmes avec une conscience profondément ancré dans leurs mécanismes biologiques qui les maintiennent en vie.

Nous sommes un maillon dans cette chaîne de la nature.

 

Pour en savoir plus:

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *