3 mots, 3 attitudes pour ancrer le bonheur au quotidien

Partagez le post!

Les mots sont des fenêtres mais aussi de véritables murs. Ils ont cette capacité pour nous faire rire et pleurer, ils nous soignent mais peuvent nous blesser. Ils agissent sur la biochimie de notre corps:  AMOUR vs HAINE…

Les mots génèrent des émotions et provoquent de actions. Les croyances sont formées de mots… elles peuvent donc être modifiées par d’autres appropriés à nos objectifs de vie.

L’approche du coaching stratégique montre leur puissance déterminante dans nos décisions et donc dans notre vie:

Répétés et intégrés dans nos habitudes, ils façonnent notre être et notre bienêtre. C’est une des clés de la programmation neurolinguistique. Les neurosciences montrent peu à peu le bien fondé des techniques que nous utilisons comme thérapeutes.

Choisis avec soin, les mots qui vont décrire une expérience concrète peuvent activer notre force émotionnelle et notre ingéniosité. Au même titre que l’utilisation d’un vocabulaire pauvre nous retirera tout pouvoir de décision et d’action, et nous maintiendra dans un état de victime ou d’autruche.

Cet article se base sur les recherches d’Elisabeth Grimaud, psycholinguiste. Il prend appui sur  3 mots simples qui vont servir de levier à toute une stratégie de mise en place du bonheur. Ils vont être la poignée de cette porte qui va s’ouvrir pour te permettre d’accéder immédiatement à cette biochimie du bonheur

Le bonheur est un état d’esprit, et comme tout état d’esprit, au sens du coaching stratégique, il possède sa triade (focus, signification physiologie) qui fera l’objet d’un futur article.

Le bonheur se travaille et se fabrique: c’est un état émotionnel, il ne dépend que de nous. Commence alors à changer ton vocabulaire habituel et cela produira un changement instantané sur ta manière de penser, ta manière de ressentir et de vivre.

Alors, au lieu d’allumer ta télé pour changer ton état émotionnel, fabrique plutôt du bonheur! Comment? Lis la suite, c’est simple comme BBB…, de:

Le pouvoir des mots

 

Mais avant, pour bien comprendre le pourquoi de l’effet de ces mots sur notre conscient et inconscient, il faut revenir sur les concepts fondamentaux qui régissent notre cerveau:

 

La gymnastique cérébrale: une affaire de capacité

Notre cerveau est un athlète. Il est plastique, c’est à dire qu’il a la capacité de se reconfigurer et de se régénérer en permanence. En ce sens Il est aussi élastique, c’est à dire flexible, nous l’avions vu dans l’article sur les recherches d’Anil Seth.

Pour qu’il puisse rester performant il faut une hygiène d’athlète…. et un entrainement journalier. Voici donc un entrainement qui consiste à voir 2 cubes à partir de celui-ci:

Une personne avec une flexibilité mentale les voit. On en voit tous au moins un, alors il faut commencer à s’entrainer:

Le cube avec la face avant en bas
Le cube avec la face avant en bas
Le cube avec la face avant en haut
Le cube avec la face avant en haut

Une autre capacité cérébrale reconnue est l’inhibition…. mais c’est une autre histoire.

 

La gymnastique émotionnelle et son hygiène

Les mots que nous allons utiliser pour qualifier une expérience vont se convertir en l’expérience.

C’est pour cela que ce hack, BBB, est tout à fait intéressant à mémoriser et à mettre en place. Car si nous n’avons pas les mots adéquats pour décrire une expérience nous ne serons pas capable de la vivre en plénitude et nous allons nous bloquer, nous inhiber…

Le choix stratégique d’un mot pour qualifier une expérience est suffisant pour pouvoir réagir à cette expérience de manière positive.

Les mots sont les points avec lesquels nous tissons notre réalité.

Pour transformer nos vies nous devons choisir consciemment les mots que nous utilisons et nous devons nous engager consciemment à améliorer notre vocabulaire.

Savoir s'émerveiller
Savoir s’émerveiller

Cette première étape suppose une autre approche des mots: les mots sont chargés de sens. Pour pouvoir s’émerveiller il faut acquérir le vocabulaire nécessaire à induire en nous les émotions correspondantes. Mais cela suppose aussi une ouverture à nos sens :

  • V isuel
  • A uditif
  • K inesthésique
  • O lfactif
  • G ustatif

Et à cette conscience du moment présent, ici et maintenant.

S'appliquer et s'impliquer
S’appliquer et s’impliquer

Dans cet exemple de notre amélioration de notre vocabulaire, nous pouvons contempler deux étapes, comme nous le faisons dans notre atelier d’intelligence émotionnelle:

étape nº1: changer les expressions négatives en expression donnant l’ouverture à notre amélioration

 expression négative : transformation positive

  •        ->             déçu : surpris
  •        ->          épuisé : en pleine recharge d’énergie
  •        ->         détruit : en phase d’apprentissage
  •        ->        furieux  : envahi par la passion
  •        ->        frustré  : défié
  •        ->  je déteste.. : je préfère..
  • etc…

étape nº2: Augmenter la charge émotionnelle des expressions positives

expression normale : expression augmentée

  •      ->                bien : super, génial
  •      ->                  sûr : imparable
  •      ->            normal : fantastique, incroyable
  •      -> enthousiasmé : envahi par la passion
  •      ->            heureux : exubérant
  •      ->          ingénieux : brillant
  • etc…

 

Se tourner vers les autres
Se tourner vers les autres

étape nº3: Appliquer cette stratégie tous les jours pendant au moins 30 jours… (30 à 40 jours)

C’est le temps qu’il faut pour qu’une pratique se transforme au niveau cérébral en « habitude automatisée »…..

L’effort en vaut la peine!

Pendant ce temps, les autres vont être le miroir de votre transformation. Votre monde ne va plus être le même, votre relation à vous s’améliore et elle entraîne inexorablement une amélioration de votre relation aux autres, c’est l’accès à la plénitude de la couverture du besoin spirituel primaire de contribution.

 

Explications physiologiques sur les mécanismes :

La mise en œuvre active, stratégique et consciente de LA MISE EN PLACE DU BONHEUR DANS SA VIE, a pour effet de générer et de libérer les hormones et neurotransmetteurs suivants: une D.O.S.E. de bonheur

Les hormones mises en œuvre par la gymnastique du bonheur
Les hormones mises en œuvre par la gymnastique du bonheur

La dopamine

C’est un neurotransmetteur qui joue un rôle modulateur final essentiel des sorties motrices et psychiques.

La dopamine sert à renforcer des comportements tels que l’alimentation et joue un rôle dans la motivation en fonctionnant sur une sorte de système de récompense. Cette molécule est également impliquée dans certains plaisirs abstraits comme écouter de la musique.

Dans le système nerveux central, la dopamine joue un rôle complexe et intervient dans diverses fonctions importantes telles que le comportement, la cognition, les fonctions motrices, la motivation, les récompenses, le sommeil ou la mémorisation.

L’ocytocine

c’est l’hormone de l’amour, de la confiance et du lien conjugal et social.

La sérotonine

On trouve la sérotonine dans le cerveau (où elle joue le rôle de neurotransmetteur ou de neuromédiateur). Elle est impliquée dans la régulation de fonctions telles que la thermorégulation, les comportements alimentaires et sexuels, le cycle veillesommeil, la douleur, l’anxiété ou le contrôle moteur.

La sérotonine joue un rôle important dans les changements d’état émotionnel.

L’endorphine

Les endorphines sont sécrétées par l’hypophyse et l’hypothalamus chez les vertébrés lors d’activité physique intense, excitationdouleur et orgasme.

Comme les opiacés, et en particulier la morphine (d’où leur nom), elles ont une capacité analgésique et procurent une sensation de bien-être voire d’euphorie.

Pour en savoir plus:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *